« Buck – le premier homme sur Terre » écrit et dessiné par le néerlandais Frederik Van Den Stock, aux éditions Même Pas Mal est sorti le 25 septembre.

~ Résumé :

4000 ans avant J.C. apparaît Buck, le premier homme sur Terre. Seul, il invente rapidement le langage, baptise les animaux et les éléments naturels qui l’entourent et prend conscience de sa propre existence en tant que création divine. Une fois les premiers émerveillements passés, Buck commence à souffrir de sa solitude et décide de régler son compte à Dieu, qu’il tient pour responsable de sa condition. Mais au moment de commettre l’irréparable, il aperçoit… une femme !

Variante iconoclaste et humoristique de l’histoire de la Création, le récit met en scène le premier homme sur Terre, apparu sans explication rationnelle et inventeur autodidacte de la civilisation. D’abord désespérément seul, il maudira sa condition avant de rencontrer puis d’asservir ses semblables. Si Buck crée le langage, les outils, l’Art et l’argent, il ne s’en sert qu’à son propre profit. Cet antihéros aussi vaniteux que pathétique permet à Frederik Van den Stock de composer une satire de la religion et des sociétés humaines, gangrénées par l’avidité et l’injustice.

~ Mon avis :

L’humour et l’affliction dansent sur la même fréquence. Ils nous font tournoyer dans ce roman graphique quadrichromique à l’allure préhistorique moderne. Les découvertes vont crescendo pour Buck, son évolution plus encore. D’abord attachant, il deviendra vite détestable… Pour de bonnes raisons de la part de l’auteur.

Langage, conscience des choses et des émotions sont acquis si rapidement que cela en devient non pas ridicule, parce que l’agencement de l’histoire relève du génie, mais déjanté et décalé. Les messages se veulent percutants : si Buck qui est le premier homme est capable de ce qu’il fait, on comprend mieux la situation actuelle de notre monde.

Malgré son ascension fulgurante, il lui manque l’intelligence émotionnelle. Cet infime essentiel.

En fermant le livre, je me suis surtout dit que c’était là une bonne leçon de plus à retenir. Une œuvre à partager et dont il faut parler autour de soi, telle un phare en des temps sombres.

~ Faire plus ample connaissance :
http://www.citebd.org/spip.php?article9583

Laisser un commentaire