Le fameux conte d’Andersen taillé sur mesure par Steven Guarnaccia.

Un conte danois revisité pour les jeunes lecteurs dès 6 ans, il y en a qui en ont de la chance !

Un album plein de fantaisies !

Il était une fois, dans un royaume lointain, un empereur pas comme les autres. Il aimait TELLEMENT les beaux vêtements qu’il dépensait TOUTE sa fortune pour s’habiller avec classe et élégance. La mode avait une grande place dans sa vie. Alors un jour, deux tailleurs malhonnêtes en profitèrent pour faire croire qu’ils avaient créé des vêtements invisibles qu’eux seuls étaient capables de fabriquer. Ils utilisèrent une astuce bien maline pour avoir la confiance de l’Empereur, ils firent croire que seuls les gens stupides ne pouvaient pas voir à quoi ces vêtements ressemblaient réellement. A votre avis ? L’Empereur voyait-il ces vêtements magiques ou pas ?!

Cet album, politique et fantasque, fait souffler sur l’univers de la littérature de jeunesse, un vent agréable de liberté folle et d’humour flirtant avec la bande dessinée.

Steven Guarnaccia, professeur associé à la Parsons The New School for Design de New-York et illustrateur mondialement reconnu, a vu ses dessins être publiés dans les magazines suivants : le Time, The New-York Times Magazine et Rolling Stone. Aux éditions Hélium, il a publié ses versions personnalisés de contes traditionnels : Trois Petits Cochons (où ils sont architectes) et Cendrillon, un conte à la mode.

Il présente cette fois et ce depuis le 7 octobre dernier, sa troisième version loufoque qui fait le plaisir des plus jeunes, en se basant quelque peu sur sa propre passion pour la mode. En effet, il est lui-même passionné par l’art délicat de se vêtir à un tel niveau de sophistication et d’inventivité qu’il a fait l’objet d’un documentaire et d’une exposition. Ainsi, il nous emmène en tant que fin connaisseur dans le conte d’Andersen aux côtés de cet empereur fou de vêtements.

 » Le Premier ministre pensa pour lui-même : « Je ne vois rien. Comme je ne suis pas stupide, c’est que je ne dois pas être à la hauteur de ma fonction. Et cela, absolument personne ne doit s’en rendre compte. » »

Véritable satire du pouvoir et de la place des courtisans, amusante sur tous les points, l’histoire de cet Empereur naïf et de sa cour qui se pâment devant des vêtements invisibles ravira à coup sûr les enfants, tout en les faisant réfléchir aux phénomènes de mode : ceux de la cour d’école comme ceux des réseaux sociaux, et surtout la nécessité de rester soi-même.

Et pour aller un peu plus loin, on retrouve sur les pages de gardes du livre, les couturiers et le lexique des vêtements portés de l’Empereur :

Pour en découvrir davantage

https://www.babelio.com/livres/Guarnaccia-Les-habits-neufs-de-lEmpereur/1268825

Une histoire comme je les adore, grande amoureuse des contes que je suis ! Toujours friande de découvrir des réécritures, j’ai été aux anges avec cette version moderne. Un album qui plaira à toutes et tous !

Mots-clés : Mode / Identité / Empereur

Laisser un commentaire