Le 6 mai 2021, les éditions Anamosa publiaient l’essai « Pour l’intersectionnalité » d’Eléonore Lépinard, qui a notamment co-écrit « Les théories en études du genre » et Sarah Mazouz, docteure en sociologie, chargée de recherche au CNRS et autrice de « Race » dans la collection « Le mot est faible ».

Petit format de 72 pages, il est concentré et se doit d’aller à l’essentiel pour éclairer cette notion tout d’abord utilisée par les sociologues et qui se veut inclusive, à commencer par sa compréhension.

Ce qu’en dit l’éditeur :

« Non le concept d’intersectionnalité ne représente pas un danger pour la société ou l’université, ni ne fait disparaître la classe au profit de la race ou du genre. Bien au contraire ! Cet outil d’analyse est porteur d’une exigence, tant conceptuelle que politique. Une synthèse nécessaire, riche et argumentée, pour comprendre de quoi on parle.

Les attaques contre les sciences sociales se font de plus en plus nombreuses. À travers elles, ce sont certains travaux critiques en particulier qui sont visés, notamment ceux portant sur les discriminations raciales, les études de genre et l’intersectionnalité. »

Le but du duo est de démontrer que la domination est multiple et de mesurer l’impact de ces diverses discriminations concernant le sexe, la classe, et la race surtout, mais aussi le handicap et l’orientation sexuelle.

Source : Youmanity

Pour aller plus loin, vous pouvez découvrir les débuts du concept sur le site suivant :

La prise en compte des intersections entre race, classe et genre fut identifiée comme étant alors la « meilleure pratique féministe » en cours dans le monde universitaire (Weber & Parra Medina 2003 : 223-224).

Né il y a plus de 30 ans sous la plume de la juriste américaine Kimberley Crenshaw, l’intersectionnalité est toujours d’actualité et la découverte des fondements et des raisons de cette notion est primordiale dans notre société en pleine évolution.

Ci-dessous, une vidéo TED dans laquelle elle parle de l’urgence de l’intersectionnalité :

Vous l’aurez compris, cet essai au petit prix de 5€ à peine est un essentiel. Il trouvera parfaitement sa place dans vos bibliothèques et même dans les mémoires ou travaux d’études qui auraient un lien avec ce sujet, au moins en terme d’introduction.

Laisser un commentaire