Les éditions Anamosa ont une fois de plus frappé très fort avec la sortie de cet essai de près de 300 pages qui parle si bien d’éducation et de parentalité.

Nicolas Santolaria, auteur du fameux « Le syndrome de la chouquette », est journaliste au Monde et écrit notamment dans les pages l’Epoque, dont sont issues les chroniques rassemblées ici, nous offre un concentré de vérité(s) qu’il est bon d’accepter pour mieux comprendre ce qu’on vit quand on est parents et/ou professionnels de l’enfance ou ce qui peut nous attendre.

Etre parent n’est pas un long fleuve tranquille et c’est pourquoi Nicolas Santolaria use aisément et subtilement d’un humour caustique qui ravit de suite. Le but n’est certainement pas de faire culpabiliser mais plutôt de démontrer par beaucoup de chiffres qu’on peut être rattrapé par la réalité, surtout pour une chose si importante et inconnue sur certains points qu’est d’éduquer un enfant.

Voici des exemples de chapitres :

– « Quand papa au docteur avec maman »,

– « Yuka et le casse-tête du goûter »,

– « Cheh, l’argot que les enfants ramènent de la cour de récré »

– « Les vertus éducatives de l’apéro ».

  • Ce qu’en dit l’éditeur :

« Du choix d’un prénom qui en met plein la vue au casse-tête du changement de couche au radar en pleine nuit, des vertus éducatives de l’apéro aux goûters d’anniversaires pharaoniques qui finissent par ravager votre appartement, des résolutions intenables (« non, pas d’écran ! ») aux confinements qui font monter la pression (« qui m’a piqué mon ordi ? ») : la condition de parent est loin d’être de tout repos, et chacun·e pourra se retrouver dans ces instantanés tendres et hystériques de la vie de famille. »

  • Ce qu’en dit l’auteur :

« La mère de famille était glorifiée, mythifiée par la société industrielle. Le père, lui, se trouvait alors cantonné aux rôles de soutien et de figure d’autorité distante. »

page 31

« Cet ouvrage servira, je suis sûr, à tous les professionnels de l’enfance, car le normal permet d’éclairer le pathologique. Voilà enfin de l’optimisme, de l’humour, une culture non pédante, inscrite dans le quotidien et le génie de l’enfance. »

de Marcel Rufo, extrait de la postface

Pour en découvrir davantage :

https://anamosa.fr/livre/theoreme-de-la-couche-culotte/

Laisser un commentaire