Crédit photo : ©Gaël Rapon

« A l’âge de 6 ans, Mahuna reçoit un jouet en cadeau, une machine à écrire.

L’écriture devient une seconde passion, complémentaire à la première, la lecture.

Différentes successions de choix de vie la contraignent à mettre de côté ces deux passions, un temps.

Ce recueil de poésie contemporaine et la création de l’univers Mahuna Poésie marquent le retour à ses premières amours. »

j’ai su que j’étais belle

quand tu as couvert de baisers les cicatrices

que d’autres avaient gravées

Mahuna Poésie
Couverture du recueil
  1. Qui se cache derrière Mahuna ?

Mahuna Poésie est mon nom de plume. Je préfère parler de moi sous mon identité artistique. Cette dissociation me laisse plus de liberté dans mon travail créatif. Comme beaucoup de personnes, j’imagine.

Ce que je peux dire, c’est que je suis auteure, coach créativité et consultante webmarketing. Je suis ce qu’on appelle une slahsheuse : je mène de front plusieurs activités en même temps. Après avoir passé ma vie à travailler pour des entreprises, je me donne l’opportunité aujourd’hui de laisser s’exprimer la part artistique qui a toujours été en moi. Car en plus de lire et d’écrire depuis enfant, je suis aussi musicienne, danseuse et une grande sportive.

À travers ce premier recueil et la construction de l’univers Mahuna Poésie, je m’autorise à trouver un équilibre entre toutes mes complexités !

2. Comment s’est faite la rencontre avec l’écriture, et plus précisément la poésie ?

J’écris depuis que j’ai 6 ans. J’ai commencé par des contes, des nouvelles et de la fantaisie. La rencontre avec la poésie s’est réellement faite à travers Baudelaire et son recueil les Fleurs du Mal. J’avais déjà aimé ce que j’avais pu apprendre à l’école avec les Fables de la Fontaine, ou via l’Illiade et l’Odyssée — oui, à mes yeux ces deux ouvrages sont une forme de poésie — mais avec Baudelaire, c’était différent. L’amertume de ses textes trouvait un écho en moi. La justesse des mots et l’imagerie qu’elle créait me donnaient envie d’essayer de partager mes émotions également.

J’ai écrit plusieurs poèmes par la suite sur différents supports. Puis j’ai mis tout ça de côté pour revenir au roman et nouvelles, pensant que la poésie était réservée aux « grandes personnes ». Celles ayant fait des études littéraires, lisant beaucoup de poésie, en écrivant beaucoup aussi.

Et puis, je me sentais un peu enfermée dans la poésie classique. C’est en découvrant le premier ouvrage de Rupi Kaur, Lait et Miel que je me suis à nouveau reconnue dans ce que j’avais pu écrire à une époque et que je gribouillais de temps en temps encore.

Je me suis rendu compte qu’il pouvait être légitime d’écrire une autre poésie, de la poésie contemporaine, sous forme de prose comme de vers, brisant un peu les codes traditionnels. Il m’aura encore fallu quelques années pour y revenir vraiment et oser partager mes textes, puis écrire moi-même un recueil de poèmes.

je suis reconnaissante d’avoir un cœur

assez grand pour souffrir

Mahuna Poésie

3. Quel(s) figure(s) emblématique(s) et combats inspirent ton écriture et ton parcours en tant que poétesse ? Pourquoi « au-delà de nos maux » ?

Mon écriture s’inspire de ce que je vis, et de ce que je vois. Je suis encore au début de ce « parcours de poétesse » d’autant que je ne suis pas certaine que j’écrive toujours de la poésie. Lorsque j’ai décidé de donner vie à mon premier livre, «au-delà de nos maux», le combat qui m’inspirait était celui de la résilience. Pour cette première fois, je me suis dit « C’est ton premier et peut-être dernier livre. Que souhaites-tu laisser de toi s’il n’y en avait pas d’autres. Que souhaites-tu partager à la veille des Fêtes de fin d’année 2020, après près d’une année de confinement ? ».

C’est en répondant à ces questions que j’ai trouvé mon message et que j’ai construit la trame de ce recueil. C’est une invitation à trouver un équilibre lorsque tout chavire autour de nous. Une humble incitation à embrasser toutes nos aspérités et nos nuances d’être, celles soi-disant validées par la société, comme celles décriées. À travers différents maux qui ont pu m’atteindre, je voulais partager ma manière à moi de tenter de nourrir ma part de lumière avec l’énergie de ma part d’ombre, de vivre en résilience.

Après une année difficile pour le monde, mais plusieurs décennies difficiles pour moi, je souhaitais mettre sur papier une sorte de guide pour garder le cap en tant de tempêtes. «au-delà de nos maux», pour inciter à ne pas s’arrêter aux souffrances, aux doutes, aux difficultés, au mal-être qui cheminent avec nous tout au long de notre vie.

Il faut leur faire de la place, prendre le temps de vivre la douleur et de la comprendre. Mais il est indispensable de laisser s’envoler ces maux lorsqu’il est temps, pour s’autoriser à avancer, à vivre pleinement.  

4. Quelle est ta définition de la poésie ?

Ce n’est pas une question facile, puisque je m’y mets tout juste en réalité. Je découvre de plus en plus d’auteurs/trices contemporain. e. s ou classiques, de toute culture et de tout horizon.

Je me rends compte de tout ce qu’il me reste à découvrir dans ce domaine et de toutes les formes qu’elle peut prendre. Aujourd’hui, si je devais lui donner une définition, je dirais que c’est la voix de la vie. Une succession de mots dont la rythmique est une ode au simple fait d’être en vie. Qu’elle s’exprime dans les nuances du ciel, dans les reflets argentés de l’être aimé ou dans la foudre qui nous frappe lorsque la douleur nous saisit, la vie est poésie.

Vivre est poésie.

moi, le bonheur quand il passe

je l’enferme à double tour dans une cage

et je jette la clé

Mahuna Poésie

5. Que penses-tu de la poésie-thérapie ?

Je pense qu’on peut parler d’écriture thérapeutique plus largement. Je pense que l’écriture permet, qu’on ait des ambitions de devenir écrivain ou non, de libérer énormément de choses en nous. Il y a beaucoup d’outils qui permettent d’écrire au quotidien et qui, sans qu’on s’en rende forcément compte, sont thérapeutiques.

Rien que le fait de tenir un journal est une forme de thérapie. La poésie-thérapie, ce serait peut-être simplement d’ajouter un peu de rythmique dans sa manière d’écrire et de s’ouvrir aux nuances de couleurs qui habillent nos vies. C’est d’ailleurs en ayant ça en tête que j’ai créé un workbook centré sur la créativité et pour permettre à travers 45 outils de se mettre à écrire et in fine, d’écrire tous les jours.

On finit, petit à petit par faire sa propre thérapie. Même si bien évidemment cela n’empêche pas de consulter au besoin !

6. Un autre recueil est à venir ? Comment vis-tu cette expérience d’autoédition ?

Si tout va bien, un second recueil devrait voir le jour avant les fêtes de fin d’année à nouveau ! Je découvre les rouages de l’autoédition, au fur et à mesure du temps qui passe et des actions que je mets en place. Des actions pour faire connaître mon travail, comme des actions pour me permettre de vivre de l’écriture in fine. Aujourd’hui, dans le cadre de cette autoédition, je mêle mon expertise en webmarketing à mon côté artistique pour créer l’univers Mahuna Poésie. Un espace pour stimuler la créativité à travers des ateliers d’écriture sensorielle, un accompagnement en autoédition et une expertise dans la stratégie webmarketing à mettre en place pour vendre son livre et développer sa communauté.

C’est par la construction même de cet univers que je découvre et vis cette expérience d’autoédition. J’ai plusieurs casquettes, certaines que je connaissais de par mes années en webmarketing. J’en découvre d’autres qui me demandent de sortir de ma zone de confort. C’est stimulant et effrayant, mais je ne regrette pas de m’autoriser à vivre cette aventure.

Et pour en conserver une trace, partager cette expérience et échanger avec d’autres auteur. e. s, j’ai créé un podcast, la Voix des Mots.

Voici le lien vers la plateforme Spotify :

Chaque mardi, dans la première saison, je partagerai une part de mon quotidien d’auteure autoéditée. Je donnerai des conseils, répondrai à des questions qu’on m’a envoyé sur l’autoédition et dévoilerai mon processus de création de mon 1er livre, mais également du second à venir.

un jour tu trouveras quelqu’un

qui t’aimera assez pour te quitter

Mahuna Poésie
  • Pour acheter le recueil et découvrir l’univers de Mahuna Poésie :
https://mahunapoesie.com/
Son travail est aussi disponible sur les réseaux Facebook et Instagram

Laisser un commentaire