Tanka extrait de son 12ème recueil intitulé « Rouillure » et édité chez TheBookEdition.

Sandrine Davin, autrice de poésie contemporaine de 13 recueils, a choisi le chemin de l’autoédition et nous explique pourquoi avoir pris celui-ci.

Elle est adepte des tankas, vers japonais, qui demandent de respecter certaines règles de format. A lire sa poésie, nous sommes plus proches de la nature, des plaisirs simples et précieux que la vie peut nous offrir. Plus proches de notre essence, une plénitude se fait ressentir si l’on veut bien se laisser emporter par ses tankas enchanteurs.

Son 13ème recueil « Et pour quelques grains de terre » vient de sortir !

Venez en découvrir davantage, entrez dans la danse poétique vous aussi :

https://short-edition.com/fr/auteur/felicita

La Société des Poètes Français a primé son poème « Lettre d’un soldat » :

« Sur un sol nauséabond
Je t’écris ces quelques mots
Je vais bien, ne t’en fais pas
Il me tarde, le repos.
Le soleil toujours se lève
Mais jamais je ne le vois
Le noir habite mes rêves
Mais je vais bien, ne t’en fais pas…

Les étoiles ne brillent plus
Elles ont filé au coin d’une rue,
Le vent qui était mon ami
Aujourd’hui, je le maudis.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas…

Le sang coule sur ma joue
Une larme de nous
Il fait si froid sur ce sol
Je suis seul, je décolle.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas…

Mes paupières se font lourdes
Le marchand de sable va passer
Et mes oreilles sont sourdes
Je tire un trait sur le passé.

Mais je vais bien, ne t’en fais pas…

Sur un sol nauséabond
J’ai écrit ces quelques mots
Je sais qu’ils te parviendront
Pour t’annoncer mon repos.

Je suis bien, ne t’en fais pas … »

Sandrine Davin

  1. Quelles sont les règles pour un tanka réussi alors qu’il demande, comme son petit frère le haïku, de l’exigence ?

Les règles d’un tanka alors je ne dirais pas réussi mais « classique » est sur une rythmique de vers : 5/7/5/7/7 et se présente en 2 parties.

La première partie montre une image naturelle et la seconde peut éventuellement exprimer des sentiments humains ressentis, liés au sujet précédent, sans que cela soit une règle absolue.

Mais il y a le tanka « libre » ou aucune rythmique n’est obligatoire et c’est de celle-ci que je suis la plus proche !

2. Pourquoi le tanka ? Quelle saveur apporte-t-il à la poésie ?

J’aime cette forme courte où tout est exprimé en si peu de mots mais ne m’y astreint pas. Je m’en inspire et je trouve qu’il y a un mélange de force et de douceur dans cette forme d’écriture.

écorchure –

frontière de barbelé

dans le champ de vision

où la rouille des cieux

éclabousse la nuit

Sandrine Davin

3. Quelles inspirations nourrissent vos recueils ?

Mon écriture est nourrie de qui je suis. De mon enfance, de la nature, de mes regrets, de mes espoirs. De mes racines…

J’ai un très fort lien avec la terre. Cet ancrage qui fait ce que je suis.

4. Trouvez-vous plus de liberté pour votre créativité dans l’autoédition ?

C’est surtout un moyen de s’éditer sans frais car l’édition est un monde de requins.

Les portes de maisons d’édition qui ont pignon sur rue ne prennent même pas le temps ou même n’acceptent de lire vos manuscrits.

D’autres maisons d’édition vous acceptent mais à quel prix ! A compte d’auteur mais quelle arnaque ! On vous demande des sommes astronomiques et bien sûr sans aucune promotion à la clé.

Du coup, l’autoédition est un bon moyen pour démarrer l’aventure.

horizon mitraillé –

le souffle lacère les entrailles

de la terre

où un champ de coquelicots

fleurit les ruines de tombes

Sandrine Davin

5. Quels sont vos projets futurs en tant que poétesse ?

Dans mes projets futurs, j’ai l’idée d’animer des ateliers d’écriture ou plutôt d’étendre cela car je l’ai déjà fait auprès d’enfants et c’est un vrai moment de plaisir à chaque fois !

Continuer d’écrire bien sûr et de faire « voyager » par les mots …

6. Pourriez-vous nous lire un extrait ?

Je vais vous lire 2 tankas de mon recueil « Rouillure ».

Lecture de Sandrine Davin, extraits de son recueil « Rouillure ».

Tanka extrait de son 12ème recueil intitulé « Rouillure » et édité chez TheBookEdition.

Laisser un commentaire