« Retour à Malataverne », de Pierre Léauté

Un hommage vibrant à un roman précédent de Bernard Clavel, un succès considérable où était décrite une France rurale en pleine mutation en proie à un fait divers. Le temps a passé, mais il nous offre aussi une replongée dans la suite de ce fait dans un roman qui s'installe dans la même France, 16 ans plus tard. Une replongée dans une campagne toujours peu charitable et pleine d'aigreurs tues, avec une tentative de rédemption, malgré tout.

Continuer la lecture « Retour à Malataverne », de Pierre Léauté

Amour, extérieur nuit », de Mina Namous, aux éditions Dalva

Une histoire algéroise. Celle d'une femme qui veut se sentir bien, libre, qui veut se sentir être, et peut-être, au passage, aimer et être aimée. C'est donc, aussi, une histoire d'amour. C'est aussi l'histoire d'une sensation, puis d'un sentiment qui entre dans la peau, et qui remue, qui occupe, qui ressasse. C'est aussi un premier roman et une entrée sensible et touchante dans la littérature. Elle écrit, Mina Namous, intensément et de façon parfois douce, parfois cinglante, toujours juste.

Continuer la lecture Amour, extérieur nuit », de Mina Namous, aux éditions Dalva

« La vallée des fleurs », de Niviaq Korneliussen, aux éditions La Peuplade

Une écriture vibrante, à fleur de peau, une plume acérée et un regard vif. La réalité à laquelle se heurtent les jeunes Groenlandais, la difficulté de s’intégrer au monde et l’impossibilité ou la menace de ne pouvoir réussir à croire en soi. Une lecture crue, touchante, réelle et sombre sans jamais être sordide, car le réel regardé en face peut faire mal mais permet d'avancer. Une surprenante et belle découverte littéraire !

Continuer la lecture « La vallée des fleurs », de Niviaq Korneliussen, aux éditions La Peuplade

« Les idées noires », de Laure Gouraige, aux éditions POL

« Vous vous réveillez un matin, vous êtes noire.» Un matin, l'héroïne de ce roman pensait pourtant être encore la femme qu'elle était la veille. « C'est un objet encombrant une identité. » Bien souvent, ce sont les autres qui nous l'attribuent, quitte à nous enfermer dans une case, sans forcément traduire "case" par lieu d"habitation. La narratrice part, donc, vers les questions soulevées, un voyage identitaire, sans carte mais avec des questions sur soi par soi, dans le passé, vers les origines, en spirale, à se laisser vaciller entre présence, absence, origine et recommencement. Quelle aventure !

Continuer la lecture « Les idées noires », de Laure Gouraige, aux éditions POL