Chroniques littéraires

Besoin d'inspiration pour un titre, envie de découvrir de nombreux univers ou tout simplement de remplir sa pile à lire ?
Les chroniqueurs littéraires de Cultures Sauvages sauront répondre à votre fièvre de lecture, chacun avec son style sauvage.

Les articles récents

Les villes de papier ( Une vie d'Emily Dickinson) de Dominique Fortier

Dans son essai Les villes de papier, Dominique Fortier nous fait traverser une vie puissante et fascinante, celle d'Emily Dickinson. Une vie-corps, une vie-papier, une vie-chambre. Toute la force de cet essai vient de sa capacité à créer des lignes de fuite, des lignes de vies bruissantes et souterraines. Elle ne signe donc pas une biographie au sens classique, mais plutôt une fiction poétique sur cet autre en nous qui parle et qui regarde le monde.

"Sidérations" de Richard Powers, Actes Sud

Ce roman juste et beau interpelle, sidère, dans les meilleurs sens du terme, et nous habite... Ecologie, neurosciences et astrobiologie s'entremêlent. Un roman incroyablement documenté pour nous faire changer de regard sur tout. Un ascenseur émotionnel, une sirène écologique, un cri au droit à la divergence ou la différence, un appel à la compassion, à l’empathie et une ode à l'envie infinie de savoir tout ce qu'on peut apprendre.

"Le Voyant d’Étampes" d’Abel Quentin, Éditions de l’Observatoire

Un roman qui veut être drôle et percutant pour des parallèles entre les époques et les idéologies, pour sortir des chemins battus. Une tentative d'ajustement et de nuanciation. Un outil pour continuer à chercher le juste, le vrai, la nuance, pour se diriger ou se trouver, en tâtonnant universellement. Un roman, un prix de FLore dont tout le monde parle. Un livre à connaître, à lire si on en a envie pour se faire un avis et avancer. Alors, lisons pour mieux comprendre ?

"Mobylette" de Frederic Ploussard, aux Editions Héloïse d'Ormesson

Une aventure à 103 à l'heure, désopilante, survoltée et hilarante, entre les Vosges et la Moselle. Mobylette nous emmène sur des chemins sinueux, à la rencontre de gosses paumés, de parents qui le sont tout autant, et au milieu : un éducateur qui découvre le métier, la vie et tout l'art de l'ironie. C’est bruyant, c'est pétaradant, c'est touchant, c'est déstabilisant, c'est cash et cru, c’est triste parfois, mais surprenant, hilarant : vraiment ça décape !

"Avec Bas Jan Ader", de Thomas Giraud, une chute poétique, un art narré, aux éditions La contre allée

Ceci est un roman sur un artiste qui a vécu, dont le titre est le nom, un artiste conceptuel néerlandais, fasciné par les chutes et marqué par l'absence de son père. Un texte qui ne divulgue pas forcément le comment, le pourquoi, mais qui le fait ressentir. Une précision minutieuse et en mots qui jouent, nagent, voguent et nous prennent dans leurs filets. Un livre à lire comme un incessant, véritable, émouvant coup de cœur !

« Monstrueuse féérie », de Laurent Pépin, Flatland édition, collection Tangente

"Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens « normaux » (...) je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance. Alors que les bizarres, c’est plus noble." Une quatrième page troublante, un auteur qui se livre, un oxymore, une invitation à feuilleter avec curiosité, à se jeter, sans réfléchir, entre ces quelques pages. Les lecteurs de ce roman qui, avant de l’ouvrir, se sentaient bizarres, étranges, incompris, névrosés verront, au fil de ces pages qu'une cruauté bien affinée et ajustée peut se montrer rassurante, apaisante et fait se sentir moins seul quand on referme le livre. Alors, ouvrons-le ?